mardi 3 avril 2018

La méthode de Singapour, qu'est-ce?

Vous en avez beaucoup entendu parler en 2017 et 2018 (c'est la méthode qui est d'ailleurs préconisée par le rapport Villani), les élèves de Singapour sont réputés pour être les meilleurs au monde en maths. Mais les enseignants de Singapour n'ont rien inventé, par contre ils ont eu l'intelligence de se pencher réellement sur l'enseignement des mathématiques selon diverses pédagogies dont  celles de Bruner ou Montessori (vous qui la pratiquez déjà vous reconnaîtrez beaucoup d'exercices et de pratiques "Montessoriennes" dans la méthode de Singapour).




Donc qu'est-ce que cette méthode mise au point à partir de ces pédagogies existantes?


1- C'est une méthode qui part du concret, pour ensuite passer sur "l'imagé" et ensuite sur l'abstrait, c'est à dire qu'on fait d'abord manipuler l'enfant, puis on lui fait faire la même opération mathématiques avec des images et on finit par lui montrer comment représenter ce qu'il vient de faire avec des symboles mathématiques.

Par exemple, pour apprendre à compter/dénombrer 5 éléments, on va d'abord lui donner 5 objets et s'entraîner à les compter en associant bien la comptine numérique à la manipulation (je prends un objet, je dis 1, je le mets de côté, je prends un deuxième objet, je dis 2, je le mets de côté....jusqu'à 5). Ensuite SEULEMENT quand ceci est acquis on lui demande de faire pareil avec des images (combien d'éléphants sont dessinés sur cette image?).
Et enfin seulement on lui demande de donner "la règle pour compter", donc d'expliquer la procédure à suivre. Pour les plus grands on utilise ensuite les symboles 1+1+1+1+1 = 5.

2- Il y a moins de sujets traités que dans les manuels de mathématiques actuellement en place dans les écoles MAIS les sujets sont traités en profondeur, de façon simple la première année, en approfondissant ensuite chaque année. Ça s'appelle enseigner de façon spiralaire. Par exemple la division est vue dès le CP de façon très simple, et approfondie chaque année. L'addition est bien sûr vue dès le CP mais le symbole + n'est vu qu'à partir du CE1. On prend le temps de mettre en place la procédure concrète, bien clairement, dans la tête de l'enfant AVANT de passer à l'imagé ou l'abstrait, pour que l'enfant, quand il utilisera essentiellement des symboles et des chiffres plus tard, sache ce qu'il est concrètement en train de faire, pour COMPRENDRE l'utilité et l'utilisation des mathématiques.

3- On explicite, on guide l'enfant et on le fait formuler lui-même à voix haute la procédure utilisée ou à utiliser pour s'assurer justement qu'il a compris ce qu'il fait, il ne s'agit pas là de reproduire "bêtement" une procédure parce que ça correspond au titre de la leçon du jour, mais de réellement stocker en mémoire une série de procédures qui servent ensuite à résoudre les problèmes.

4- Et on en vient au 4ème point, à la raison d'être des mathématiques : la résolution de problème. Elle est au cœur de cette méthode. Or c'est notre gros point faible! Nos petits élèves français sont très mauvais en résolution de problème! Pourquoi? parce que justement ils n'ont pas COMPRIS les procédures qu'on a essayé de leur enseigner, et parce qu'ils essayent de résoudre les problèmes en associant toute une série d'opérations alambiquée plutôt que de "traduire" le problème, le "modéliser" avec des dessins, tel que le préconise la méthode de Singapour.

Voici donc pourquoi, Louis, 4 ans, va commencer la méthode de Singapour dès sa Grande Section. Vous retrouverez cette progression de maths, parmi les progressions de "Grande Section" à venir.

Pour cela nous utiliserons les manuels de la Librairie des Ecoles, niveau Grande Section (je les ai achetés depuis 1 an déjà pour pouvoir les étudier à fond avant de me lancer dans l'aventure).

Voici donc ce que nous avons :

Le fichier de l'élève (+ le fichier d'autocollants qui va avec, mais depuis ils en ont sorti un avec les autocollants inclus)


Le guide pédagogique (indispensable si vous voulez suivre la méthode, sinon autant acheter un simple cahier d'activités lambda!) Il vous guidera pas à pas, de façon très claire et précise, même pour une personne n'ayant jamais enseigné les mathématiques.



Je vous dis à bientôt pour vous délivrer notre progression de mathématiques en GS avec comme fil directeur la méthode de Singapour associée aux outils de chez Nathan et Accès.

Si vous voulez acheter ces produits vous pouvez les trouver directement sur le site de la Librairie des écoles ou sur Amazon, selon vos préférences.



3 commentaires:

  1. Excellent article ! Cette méthode est considérée comme la meilleure par Laurent Lafforgue que j'ai recontré pour notre Collectif et qui nous soutient nos actions ! En revanche, j'ecourage vraiment vraiment les parents à prendre l'ancienne édition de la méthode singapour et non celle que tu mets en photo qui est bien moins bonne que celle d'origine. Les deux sont vendues sur le site de la Librairie des Ecoles

    RépondreSupprimer
  2. Ah merci pour le tuyau, en effet j'en avais entendu parler! Donc pour le CP je lui achèterai l'ancienne édition, tu fais bien de le dire. D'ailleurs du coup faut peut-être que je les achète à l'avance pour éviter qu'il n'y en ait plus ensuite....merci ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Bon je viens de regarder en détail les sommaires et matériels....la nouvelle édition coûte plus cher, a priori les exercices se trouvent essentiellement dans les fiches photocopiables....mais à part ça....et le fait que les masses ne soient vues qu'à partir du ce1 au lieu du CP, je ne vois pas grande différence....
    Bon de toute façon le manuel GS que j'utilise, n'a pas de nouvelle édition, il est de 2013 donc déjà je n'ai pas de choix à faire pour cela :-) Je vais continuer d'étudier le sujet avant de me lancer dans l'achat des autres niveaux.

    RépondreSupprimer

Mon Instagram

@Petitsgeniesenherbe

Suivez-moi